Les causeries-débats

Les causeries-débats sont des rencontres informelles entre les juristes de l’AFJ/BF et les femmes et les hommes des quartiers de Ouagadougou. Ces rencontres sont l’occasion pour les juristes d’informer les populations sur leurs droits et de répondre à leurs questions. En général, les causeries réunissent entre 30 et 60 femmes et hommes de tous âges, elles ont lieu les jeudis soirs à partir de 15 heures dans les quartiers de la capitale et se tiennent entièrement en langue nationale mooré. Leur durée moyenne est de deux heures.

Causerie-AFJ-BF-11

Un des objectifs des causeries-débats est d’accroitre la visibilité de l’AFJ/BF en général et particulièrement de sa clinique juridique, afin de susciter plus de consultations juridiques de la part des populations vulnérables.

Identification des associations partenaires

Les causeries sont organisées en collaboration avec des associations de femmes partenaires. La prise de contact avec ces associations se fait par l’intermédiaire des mairies d’arrondissement. À cet effet, des points focaux responsables des groupements et associations dans les arrondissements sont désignés par les mairies et sont chargés d’identifier 6 associations féminines dans leur arrondissement. Ces associations sont ensuite contactées par l’AFJ/BF qui se rend sur les lieux pour les rencontrer et organiser une causerie.

Les responsables de la clinique juridique ont mené 23 séances de causeries-débats au profit des associations féminines dans les arrondissements de Ouagadougou et touché environ 1431 personnes au cours de l’année 2013.

Un « guide pour les causeries-débats » élaboré par le personnel de la Clinique Juridique constitue le document de référence des animatrices composées de ce personnel et les membres de l’axe 4 lors des causeries. Une causerie suit le déroulement suivant: les juristes de l’Association présentent l’AFJ/BF et la clinique juridique ainsi que les cas qu’elles y reçoivent. Puis, elles laissent la possibilité aux participants de poser leurs questions et de soumettre des problèmes auxquels ils peuvent être confrontés. Cette seconde partie donne lieu à des discussions et permet aux juristes d’informer les participants sur leurs droits et les recours qui existent si besoin est.

Pour plus d’informations sur les sujets abordés lors des causeries-débats, consulter le rapport 2013 sur les activités de la clinique juridique.