Rencontre du Ministre Albert OUEDRAOGO avec les femmes juristes

Le ministre des Droits humains et de la promotion civique, Albert Ouédraogo, accompagné d’une délégation, a rendu visite à l’Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ/BF) le 3 août 2012 à Ouagadougou. Sa visite avait pour objectif d’échanger avec l’association et de recueillir ses idées en vue de la préparation des assises de 2012.

Après les autorités religieuses, coutumières et les organisations de la société civile, ce fut le tour de l’Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ/BF) de recevoir, ce 3 août 2012, la visite du ministre des Droits humains et de la promotion civique, Albert Ouédraogo, dans sa quête d’idées et de collaborateurs en vue de la préparation des assises de 2012. C’est un honneur pour nous que le ministre soit venu s’entretenir avec nous sur la problématique des droits humains et de la femme en particulier, a laissé entendre la présidente de l’AFJ/BF, Somkinda Traoré/Ouédraogo. Nous poursuivons les mêmes objectifs, menons les mêmes activités et cette visite vient consolider la collaboration et le partenariat qui existaient déjà entre son département et l’association, a poursuivi la présidente. Chacun de nous possède des droits civiques et il nous appartient (le ministère des Droits humains et de la promotion civique et l’AFJ/BF) de les faire respecter. C’est par là que nous pourrons renforcer l’Etat de droit au Burkina Faso, reconnaît Somkinda Traoré. Au nom du domaine commun de coopération que nous partageons, qui est celui de l’assistance juridique, nous accompagnons le ministre dans ces activités, a-t-elle ajouté. La présidente a terminé ses propos en réitérant ses sincères remerciements au ministre et à sa délégation. En tant que structure spécialisée dans la défenses des droits humains en général et ceux des femmes en particulier, nous ne pouvons pas ne pas venir nous acquérir de leurs idées, leurs perspectives et solliciter leur accompagnement pour les assises que nous organisons, a estimé le ministre Albert Ouédraogo. Nous sommes venus leur apporter nos encouragements pour la lutte qu’elles mènent pour les femmes parce que la violence se conjugue plus de nos jours au féminin, a relevé Albert Ouédraogo. Le ministre dit venir s’ouvrir à l’AFJ/BF pour lui faire part de ses préoccupations au sujet de l’organisation des assises de 2012 et évaluer ses mesures d’accompagnement. Nous comptons faire des valeurs constructives burkinabè qui sont, entre autres, le respect, la tolérance, l’acceptation de l’autre, etc. notre cheval de bataille pour éviter la dérive à la jeunesse burkinabè, a-t-il confié. Albert Ouédraogo a quitté les locaux de l’association en lui remettant un lot de documents juridiques de promotion de droits humains pour plus de professionnalisme.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + vingt =